Changement climatique et environnemental, transition,… Où en sommes-nous ?

20 Fév | Environnement, Rives de l'info

Qu’est-ce que le changement climatique ?

Le changement climatique que nous observons actuellement est une augmentation importante de la température globale de notre planète. On parle donc de « réchauffement climatique », car la température MOYENNE du globe augmente, de façon significative.

L’être humain est en partie responsable de ce changement climatique, car l’homme influe depuis toujours et davantage ces derniers siècles sur la nature et son environnement. Il y a bien sûr aussi des causes naturelles à ces variations de température. Le climat durant l’histoire de la terre a déjà connu des périodes plus froides et plus chaudes. Mais aujourd’hui, depuis la révolution industrielle, l’être humain envoie énormément de CO2 (dioxyde de carbone), un gaz à effet de serre, dans l’atmosphère, qui renforce la couche protectrice. Les rayons du soleil restent ainsi davantage piégés sous cette couche et provoquent ainsi une augmentation de la température globale.

On parle donc de « changements climatiques dus au réchauffement de l’atmosphère ».

Quelles sont les conséquences sur notre environnement ?

Les écosystèmes et les êtres humains souffrent déjà de ces changements. Certaines parties du globe subissent des modifications importantes de température, les conséquences observées sont telles que la fonte des glaciers, les vagues de chaleur à l’été 2019 (47 °C en Inde, 37 °C en Belgique) qui ont fait plusieurs morts, la disparition de certaines espèces animales, d’importants incendies…

Devant ces conséquences parfois effrayantes et ce constat morose, doit-on pour autant rester figé par la peur ? Non, des actions de transition vers un monde plus durable existent déjà. Comme nous l’explique Paul Hawken, écologiste américain qui a dressé une liste des 100 solutions pour « inverser le cours du réchauffement planétaire » :

« Les conséquences du changement climatique vont être très dures dans les années à venir. La science est formelle. Les médias se concentrent sur ce qui ne va pas : les désastres, la corruption, les scandales… C’est ce que les gens voient et entendent tout le temps. Mais derrière ce voile, il y a l’action. Nous sommes déjà nombreux à travailler contre le changement climatique. Et nous devons tous nous y mettre, car c’est pour aller vers un monde meilleur, plus propre, plus sûr. Communiquer sur les solutions est un premier pas vers cela. L’être humain est créatif et innovant. »

(Paul HAWKEN in « Les humains sont motivés par les possibilités, pas par les problèmes » in Kaizen n°39. Juillet 2018.)

Qu’est-ce que la transition ?

La transition, c’est changer doucement, mais sûrement vers un monde plus modéré, moins gourmand, plus sobre, moins énergivore, plus sain, plus simple, plus heureux, plus coopératif, plus solidaire… car, sommes-nous heureux, seuls devant nos écrans, enfermés, en bougeant de moins en moins ? Notre santé mentale et physique souffre de cette déconnexion de la nature, de notre déconnexion aux choses toutes simples comme les retrouvailles autour du crépitement d’un feu de bois, le goût simple des fruits des bois, l’écoute des oiseaux et du vent dans les branches, la vision d’un vrai coucher de soleil sur une montagne…

Parmi les nombreux gestes (appelés souvent « éco-gestes » ou gestes écoresponsables), l’un des plus importants concerne l’alimentation, car cette thématique englobe des milliers de petits gestes : depuis la « fabrication » ou l’élevage et l’agriculture de ce qui arrive dans notre assiette, jusqu’à la façon de trier nos restes et les déchets qui en découlent, en passant par la manière de les manger, et notre santé.
On ne peux donc que vous conseiller de prendre soin de vous, de votre santé et de prendre exemple (chacun à son niveau) sur ces nombreuses personnes telles qu’Axel Férard, normand de 27 ans, écologiste passionné qui « s’est lancé dans l’aventure folle de réaliser un documentaire autour de l’agriculture et de l’alimentation durable »
Pour ce faire il a fait un tour de 6000 km à vélo, kayak, paddle et à pied pour rencontrer
« des élus et des producteurs locaux afin d’échanger sur le thème de la consommation responsable. [Il a aussi] sensibilisé plus de 500 élèves sur notre impact sur l’environnement. [Selon lui,] il est temps que chacun se rende compte que l’on a un impact sur la nature. Notre consommation peut changer et évoluer vers des pratiques plus saines, sans remettre en cause notre confort.

OSONS faire voter des lois climats et changer nos modes de vie et de consommation. L’inconnu peut parfois faire peur et nous avons peur de la sobriété… Nous avons bien sûr besoin d’argent pour vivre, mais l’argent ne fait pas le bonheur et nous sommes actuellement tellement sollicités pour toujours dépenser, produire et surconsommer.

RENCONTRONS les autres car “tout seul on va plus vite, mais ensemble on va plus loin”. Partageons nos objets, nos compétences… pour un monde plus chaleureux et plus solidaire !

PROTÉGEONS la nature, notre habitat, notre environnement, l’air que nous respirons et notre santé. Car la pollution tue et blesse beaucoup trop d’êtres vivants dont les êtres humains.

 

Alors si nous sommes prêts à être “éco-responsables” et acteurs de la transition, voici ci-dessous quelques gestes très concrets et nombreuses sources d’informations pour aller plus loin. Cette liste des solutions peut nous sembler tellement énorme qu’elle peut nous freiner, voire nous dégoûter, car nous ne savons pas toujours par où commencer.

Je vous propose 2 petits conseils :

1. Commencer par un geste qui nous touche particulièrement, un geste qui ne nous demandera pas un trop gros effort, que nous pourrons tenir et dont nous sommes convaincu(e)s ! Ainsi ce sera facile aussi de convaincre les autres de le faire avec nous. À plusieurs, on est plus fort et on va plus loin ;-).
2. Il faut savoir qu’en matière d’émission de CO2, ce sont les transports terrestres et l’horeca qui émettent le plus.

Acheter et consommer local et de saison ( pour éviter les surcoûts de transport, et en + c’est meilleur ) ;
⦁ Limiter également le gaspillage alimentaire (voir l’appli Too good to go) ;
⦁ Réduire sa consommation de viande ;
⦁ Réduire les trajets en voiture (et bien sûr ceux en avion et en bateau également !), opter pour les transports en commun, et la mobilité douce (vélo, trottinette, pieds…) ;
⦁ Limiter sa consommation de produits achetés en général (et surtout ceux venant de loin, ayant donc bien pollué pour arriver jusqu’à nous) ;
⦁ Opter pour la seconde main, dans la mesure du possible ;
⦁ Réparer au lieu d’acheter (et si on ne sait pas le faire soi-même, se rendre dans un “repair café” [à Leernes, Marchienne-au-pont, Montigny-le-Tilleul, Gerpinnes,… liste plus bas dans les liens **]
⦁ fabriquer ses produits ménagers et cosmétiques [notion de DIY “Do It Yourself = fais-le toi-même en Français ***] ;
⦁ Trier ses déchets, acheter en vrac [évitant ainsi le suremballage], prévoir des sacs de course réutilisables, ne pas utiliser de couverts, assiettes, pailles à usage unique.****
⦁ limiter le visionnage de vidéos en streaming, ne pas garder de mails trop lourds sur sa boite, ne pas stocker trop de documents sur les serveurs… [en effet, pour que l’information soit accessible 24h/24 le serveur doit être constamment allumé : 1h de streaming sur Netflix est équivalent à un trajet de 20 km en voiture]. => “Surfer écolo” https://kaizen-magazine.com/article/bonnes-pratiques-surfer-ecolo/

consectetur ut efficitur. massa mi, ante. commodo Nullam porta. elit.