8 conseils pour réussir ton TFE !

13 Jan | Emploi

Essaye de t’y prendre assez tôt

Que ce soit pour ton TFE ou ton mémoire s’y prendre à temps, c’est la base pour réussir son travail. Vu que c’est un projet à moyen ou long terme, on aurait tendance à se dire qu’on a encore bien le temps, n’est-ce pas ? C’est le piège ultime ! Si tu fais ça, c’est la panique assurée.

Chaque étape du travail est importante, de la documentation à la rédaction, en passant par la mise en page et le référencement des sources. Plus tu t’y prends tôt, plus tu auras du temps pour traiter chaque étape qualitativement au lieu de tout faire à la dernière minute. De plus, on ne pense jamais qu’il faudra certainement procéder à plusieurs changements après l’avoir fait corriger par diverses personnes alors fais-toi un programme et tiens-t’en !
 

Choisis bien ton sujet

Le choix de la problématique est crucial. En effet, tu vas y passer quelques mois alors choisis une problématique qui te donnera envie de creuser un peu le sujet. Tu seras plus inspiré pour noircir tes pages et qui sait, peut-être y prendras-tu du plaisir ?

Quel est le temps que tu vas passer dessus ? Y a-t-il assez de documents de référence  ? Est-ce que le sujet remplit les consignes données par le professeur ? Est-ce que le sujet te plaît ? Voici autant de questions qu’il te sera utile de te poser avant la décision finale.

Récolte un max de témoignages et de sources diverses

Il y a du bon à explorer le plus de documentations et de sources possibles. Premièrement, ça montrera au jury qui lira ton travail que tu as fait des recherches approfondies. Deuxièmement, tu auras plus de matières premières pour rédiger le travail, apporter des pistes de résolution à ta problématique et rédiger ta conclusion.

Autre conseil : varie les formes de ta documentation : entretiens téléphoniques, interviews écrites, Internet, livres à la bibliothèque, articles scientifiques. Si tu décides de fonder ta documentation principalement sur Internet, pose-toi certaines questions pour être sûr du fondement et de la pertinence de tes sources : qui l’a écrite ? Comment ? Pourquoi ? Est-ce une documentation basée sur des faits ou des expérimentations ? Est-ce l’avis de quelqu’un qui n’a que peu d’expertise sur le sujet ?

 

Fais un plan

Écrire le squelette de son travail est une bonne manière de ne pas se « perdre » dans le flux d’informations à traiter. Utilise les thématiques et les sous-thématiques que tu aimerais aborder sous forme de plan sachant que « la première sous-partie doit définir les concepts clés du sujet. La deuxième sous-partie doit confronter les points de vue des auteurs sur la question. La troisième sous-partie doit proposer des hypothèses de recherche, qui sont des pistes de réponses à la problématique posée. »*

Faire un plan va structurer tes idées. Si tu l’intègres à un agenda, c’est encore mieux. Tu avanceras doucement, mais sûrement, un pas après l’autre. C’est fini la procrastination, c’est fini la panique de la dernière heure, à toi la victoire !

Soigne l’introduction et la conclusion

Dans ton introduction, tu dois replacer le sujet de manière brève et expliquer pourquoi tu l’as choisi. Pour t’aider, n’hésite pas à utiliser la technique du QQOQCCP (ou Quoi, Qui, Où, Quand, Comment, Combien, Pourquoi). Resitue le sujet dans l’actualité en n’oubliant pas de mentionner ta méthodologie pour arriver à tes conclusions. Reste concis et rédige les deux lorsque ton travail est terminé ou presque. De cette façon tu auras toutes les informations à ta disposition pour avoir une vision claire de la façon dont tu voudras introduire ton sujet.

Ton introduction et ta conclusion c’est un peu comme la couverture d’un livre avec une note de l’auteur. C’est une manière de lui donner une identité, la tienne. Peaufine les deux. Tu donneras du caractère à ton travail.

Soigne tes annexes et tes sources et surtout fais attention au plagiat

Les annexes sont la preuve que tu as fait des recherches sur le sujet. Alors, fais des photocopies de chaque document pertinent que tu as trouvé et classe-les en dernière partie dans un chapitre « annexes » et intègre-le à ta table des matières. N’oublie pas de mettre également toutes tes sources en notes de bas de page. Ça serait dommage d’avoir un blâme pour plagiat alors que c’était juste un oubli. En parlant de plagiat, évite de trop copier-coller, même si tu références les passages « collés ». Une alternative est de reformuler ce que quelqu’un a dit avec tes mots.

Chaque travail sera passé au détecteur de plagiat. Le taux de similitude avec d’autres textes ne doit pas excéder 25% grand maximum. Dans certaines universités, le taux est de max 5%. Renseigne-toi auprès de ton promoteur pour avoir les détails des réglementations de ton école. Prends les devants et passe ton travail dans un détecteur de plagiat gratuit pour voir si ton travail est correct et valide.
Tu pourras corriger ou pas en conséquence du résultat.

10 logiciels anti-plagiat gratuits

alt text here
 

Va voir ton promoteur

Ton promoteur c’est ton maître Yoda, il est ton allié, il te guidera, il est là pour ça. Alors, n’hésite pas et va le voir, même si tu n’as pas de questions et que tu voudrais juste savoir si tu es sur la bonne voie. Il pourra également te donner des trucs et astuces, te diriger vers la bonne documentation, des contacts, des articles…. Rédiger un TFE ou un mémoire, ça peut être vertigineux, alors un soutien à travers chaque étape est précieux.

Aussi, tu peux faire lire tes chapitres à une ou plusieurs personnes extérieures pour évaluer si ça leur semble clair. Ça peut aussi être utile pour la chasse aux coquilles.

 

N’oublie pas de prendre soin de toi

Bien dormir et bien manger améliorera tes performances. Tu te sentiras moins fatigué et tu auras plus de facilité à te concentrer. Il est également important de faire des pauses hors écrans. Durant tes pauses, va t’aérer, même juste 10 minutes, tu verras ça file un coup de boost et tu seras prêt à reprendre dans de bonnes conditions.

Selon de nombreuses études, une pratique régulière du sport augmenterait les notes des élèves, alors tente le coup à ton niveau et active-toi pour mettre toutes les chances de ton côté.

Conclusion

Ne te décourage jamais, un TFE ou un mémoire c’est un marathon, alors vas-y tranquille un peu tous les jours en prenant soin de toi. Tu as quelques clés en main, maintenant c’est à toi de jouer !

 

Peut aussi t’intéresser….

Si tu as du mal à t’organiser et à éviter la procrastination, clique sur cet article qui pourrait t’intéresser : 10 outils pour un blocus réussi