Nudes et consentement : le sexting « safe » !

19 Juil | Citoyenneté

50% des 16 – 30 ans ont déjà envoyé un sexto. Pour rappel un sexto est un message à caractère sexuel que ce soit des photos ou des messages écrits. Cette tendance s’est intensifiée avec les confinements.

En effet, avec la covid, il a fallu trouver des solutions numériques pour continuer à draguer à distance. Cela dit, ne te méprends pas, cette tendance existe depuis longtemps.

 

Le tout premier nude était une peinture miniature de poitrine envoyée en 1828.

 

Aujourd’hui, les moyens et les canaux de communication ont fait prendre de l’ampleur au phénomène. Avec les appareils photos sur ton téléphone, les réseaux sociaux, c’est plus fun et accessible.

Mais, parce que oui il y a un mais…

Malheureusement, cela implique aussi quelques dérives et dangers comme le partage de photos et de données personnelles de manière non consentie. D’ailleurs en 2018, 114 faits de sextos qui ont mal tourné ont été recensés par Child Focus. Nous avons également vu le nombre de comptes fishas augmenter ces dernières années de manière considérable.

Quelques conseils pour éviter les nudes qui tournent mal.

On a rassemblé les meilleurs conseils et petits tips pour des nudes « safes » et continuer sereinement à envoyer tes photos /messages les plus coquins.

Le consentement et la confiance

La plupart des femmes ont déjà reçu des dickpics sans qu’on ne leur ai rien demandé. C’est rarement une entrée en matière concluante et ça peut être considéré comme une forme de harcèlement. Donc avant toutes choses, sois sûr que la personne de l’autre côté de l’écran a envie de recevoir ce genre de photos, ça sera d’autant plus fun comme ça.

Et si tu as envie d’envoyer un nude, pose-toi cette question : est-ce que j’ai vraiment confiance en la personne à qui j’envoie la photo ? Si oui, suis néanmoins les conseils ci-dessous parce qu’on n’est jamais trop prévenant en ce qui concerne notre intimité.

Rends l’identification impossible !

L’astuce qui peut t’éviter de sérieux problèmes est le fait de ne pas montrer ton visage dans le cadre et de flouter ce qui pourrait aider à te reconnaitre : tatouages, objets, signatures visuelles. De cette façon, si la photo est partagée, tu ne seras pas reconnaissable.

On te conseille aussi vivement de supprimer les données d’identification « les métadonnées » associées à la photo. Ainsi, tes données personnelles ne seront pas partagées. N’oublie pas que les screenshot sont toujours possibles donc même si tu envoies des nudes sur des sites de messageries éphémères, les photos peuvent toujours circuler.

Utilise des messageries cryptées

Une messagerie cryptée te permet d’échanger de manière plus sécurisée avec ton destinataire. Cela rendra la tâche plus difficile aux pirates pour aller voler tes dossiers privés. Privilégie les messageries cryptées comme Telegram, Signal, Whatsapp, Dust…

Évite les textos sur Messenger et Instagram qui sont encore loin d’être le must du cryptage. Cela dit, Facebook utilise maintenant un logiciel de reconnaissance pour trouver la photo partagée de manière non consentie et la supprimer de la plateforme Facebook et Instagram. Mais le risque zéro n’existe pas.

Désynchronise tes appareils

Evite de sauvegarder tes photos dans le cloud qui est très facile à pirater et crée des dossiers privés sur ton téléphone pour que tes photos n’apparaissent pas dans tes galeries.

Pour désactiver la désynchronisation, vas sur tous tes appareils connectés et vas sur ton compte puis « gérer le stockage » puis « photos » et ensuite, désactive la synchronisation.

Les préservatifs numériques

L’app «. CONDOM » OU « LE « DOT condom » est une application créée par Telenet et Child Focus qui lutte contre le partage de photos. Via cette app, tu peux envoyer des photos dénudées. Lorsque tu envoies ta photo, il y a un filtre, un filigrane au travers de la photo avec le nom et le numéro de téléphone du destinataire.

 

Comme ça, si la photo est partagée, on sait d’où vient la fuite. Il ne faut pas oublier que le partage de photo non consentie est puni par la loi. L’auteur risque une peine d’emprisonnement de six mois à cinq ans et une amende de 200 à 15.000 euros.

 

Liens importants pour les victimes de Revenge porn en ligne

Signalement
⦁ En remplissant le formulaire de signalement en ligne : https://apps.digital.belgium.be/forms/show_/igvm/complaint/latest?lng=fr
⦁ En envoyant un e-mail à l’adresse suivante : egalite.hommesfemmes@iefh.belgique.be
⦁ En utilisant le formulaire de contact
Association StopFisha (@stopfisha)
Stop Child Porno

Aide

⦁ SOS ENFANTS CHARLEROI (A.P.E.P.)
Rue de Charleville 11-15 – 6000 Charleroi
Tél. : 071 33 25 81 – Fax : 071 33 23 7
⦁ Child focus :  116000@childfocus.org, 116000 numéro vert
⦁ 103  Écoute enfant
⦁ Institut de l’égalité des chances des femmes et des hommes  0800/12 800
manuel_revenge_porn_octobre_2021_f.pdf