Actualités Ener'J

Actualités Ener'J (153)

Jeudi, 20 Octobre 2016 09:19

Event Gare aux Jeunes #48

Bienvenue dans ma tribu !

Le vendredi 28 octobre 2016 de 12h à 19h au sein de la gare de Charleroi-Sud, le Centre Ener'J ainsi que le Conseil de la Jeunesse vous proposent un Gare aux Jeunes "Bienvenue dans ma Tribu".

Le site www.bienvenuedansmatribu.be a été lancé officiellement au début du mois de mai 2016. Le but est d’inciter les jeunes à débattre des grandes questions de citoyenneté. Ce site est divisé en dix parties qui représentent chacune une des lois de la Charte de la Citoyenneté.

Le Conseil de la Jeunesse a été mandaté pour animer et modérer ce site. Nous proposons donc des animations à destination des groupes de jeunes (idéalement 15-18 ans). Nous posons une question qui amène à la discussion (par ex. : « Est-il normal qu’un étranger ait les mêmes droits que moi ? », « Vivre en Belgique sera pire dans le futur qu’aujourd’hui », « Est-il normal que quelqu’un qui ne travaille pas ait le droit au chômage ? », etc.). Les jeunes se placent sur une ligne imaginaire en fonction de leur degré d’accord ou de désaccord avec la question. Nous les faisons ensuite débattre et les jeunes peuvent changer de position au cours du débat. A la fin de celui-ci, nous faisons une synthèse de ce qu’il s’est dit et retranscrivons cela sur le site internet afin qu’il y ait une trace de la discussion et que d’autres jeunes puissent voir ce qu’il s’est dit et réagir. Cette animation est idéale pour des classes, des maisons de jeunes, des organisations de jeunesse, etc.

A la gare, nous inviterons les jeunes à participer à une animation et en fonction du résultat obtenu, nous les redirigerons vers une des dix sections du site où ils pourront laisser leur commentaire sur des des tablettes et plusieurs pc portable. Lorsqu’ils auront terminé, nous leur offrirons en remerciement des badges « Bienvenue dans ma Tribu » et, pour ceux qui auront répondu aux dix sections, ils recevront une clé USB.

Avec le soutien de la Fédération Wallonie Bruxelles, La Gare, ASBL Centre Ville, La Ville de Charleroi, La Maison du Tourisme du Pays de Charleroi et Charleking Radio et CIDJ.


 

Infos :
Centre d'Animation et d'Information Jeunesse (CAIJ)
Coremans Joffrey - Chargé de projet

071/41.09.05
0483/57.57.92
Facebook : Gare aux Jeunes
Site web : www.enerj.be
Mail : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.


 

gj-48

Vendredi, 12 Août 2016 13:42

Gare aux Jeunes #41 « No Violence ».

Quand on sort ensemble, il peut arriver qu’une dispute se produise de temps en temps.

C’est normal et souvent, cela n’a pas de conséquences importantes. C’est même parfois l’occasion de dire ce que l’on a sur le cœur et cela permet de discuter de ce qu’on voudrait améliorer.

Par contre, certains comportements servent à contrôler l’autre : surveiller sa manière de s’habiller, ses ami-e-s, ses contacts Facebook, ses SMS...
 
Dans ce cadre, Gare aux Jeunes mettra en avant la campagne « No Violence » de la Fédération Wallonie Bruxelles et de la Cocof afin de sensibiliser les jeunes sur les différentes formes de violence que l’on peut rencontrer. 
 
Retrouvez-nous en face de l’Info Tourisme du Pays de Charleroi le mercredi 17 Août 2016 de 13h à 18h au sein de la Gare de Charleroi-Sud. 
 
Gratuit. 
 
Infos : Coremans Joffrey / Centre Ener’J - 071/41.09.05 -  Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.  - www.enerj.be 

com logo flypod 6Gare aux Jeunes ... ? 

Origine du projet : 

 
Ce projet pilote a été rentré dans le cadre de l’appel à projet 2014 et a obtenu un subside de 2500€.
 
Son origine provient à la fois d’expériences développées antérieurement à la gare de Charleroi-Sud, et les liens se sont resserrés avec la direction de la SNCB. 
 
En 2005 déjà, le CAIJ et l’asbl Sida-IST Charleroi-Mons installaient, dans la salle des pas perdus et dans les couloirs d’accès aux quais de la gare de Charleroi-Sud, une exposition d’affiches et un stand d’information à l’occasion de la Journée Mondiale de Lutte contre le Sida. 
 
Sensibiliser, bien évidemment. Mais aussi sortir de nos murs pour aller à la rencontre du public. La gare étant en effet un endroit idéal pour toucher un large public. 
 
Cette expérience était la première d’une longue série. En effet, la Journée Mondiale de Lutte contre le Sida à la gare de Charleroi est devenue une «  tradition », et d’autres manifestations ont été développées : campagnes de sensibilisation «  L’exemple c’est nous » et «  Stop aux discriminations » de la Fédération Wallonie Bruxelles, la mobilité international en collaboration avec de nombreux partenaires, … 
 
Ouverte à l’organisation de projet humanitaires et culturels, la gare nous a permis d’utiliser gratuitement une partie de son espace et, au fil du temps, nos relations avec la SNCB se sont resserrées. 
 
Cela va aussi de pair avec l’évolution, ces dernières années, du rôle des gares. 
De gros investissements ont été réalisés pour leur rénovation, cas notamment de la gare de Charleroi-Sud, transformée aujourd hui en un espace moderne et convivial après un lifting de grande ampleur. 
 
La volonté de la SNCB est donc de faire des gares non plus simplement des lieux pour prendre le train, mais des espaces agréables, de convivialité et de rencontre : on peut y faire du shopping, prendre un café, participer à des concours (cf. Piano en gare), visiter une expo, écouter un concert, s’informer. 
 
Ce contexte nous semblait très favorable pour proposer le développement d’animations régulières sur des thématiques précises et en partenariat avec le tissu associatif local. 
 

Début 2015, le Centre d'Animation et d'Information Jeunesse (CAIJ) a développé un projet d’animations au sein de la gare de Charleroi-Sud sous le nom de « Gare aux Jeunes ». 

 

Celui-ci comprend deux volets :

 

Une permanence d'information jeunesse

 

Tous les mercredis après-midi, au sein de l'espace info tourisme du Pays de Charleroi, une permanence est assurée par un informateur jeunesse avec un panel d'informations sur les études, formations, jobs, emploi, droits, sensibilisations et campagnes en Fédération Wallonie Bruxelles, … sans oublier le secteur associatif local. 
 
Contact pour la permanence : Coremans Joffrey - 071/41.09.05 -  Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.  - www.enerj.be 

 

Des séances d'animation et d'information 

 

Environ deux fois par mois, nous développons, au sein même du hall de la gare, des animations ludiques et interactives  sur des thématiques précises, en partenariat avec les associations locales ( la mobilité des jeunes, les jobs étudiant, la prévention en milieu festivalier, le sida et les IST, les formations et l’emploi, les campagnes YAPAKA, ... ).

 
Un service d'information jeunesse sur les rails 
 

Après une année de fonctionnement en tant que projet pilote, on peut dire que le projet "Gare aux Jeunes" est sur les rails et fait parler de lui à travers les médias, les partenaires et de nombreux jeunes grâce auxquels le bouche à oreilles fonctionne à merveille. La SNCB est d'ailleurs ravie du service que nous offrons au voyageurs puisque celui-ci s’inscrit pleinement dans le projet  « La Gare » qui tend à transformer un lieu de passage en un lieu de convivialité, de culture et d’information. Il est donc désormais possible d’attendre son train de manière utile et agréable.

 

Il est nécessaire aussi de rappeler  que la gare est un endroit idéal pour toucher un très grand nombre de personnes. A titre d’exemple, Charleroi-Sud accueille plus de 11 000 voyageurs par jour avec une connexion directe vers les principaux pôles universitaires de Belgique. 
Mercredi, 01 Juin 2016 14:08

Stages d'Été 2016

Tous les stages durant les vacances d'été 2016 stage-ete-2016-cover

sont dès à présent disponible en cliquant ici.

 

CONTACT 
Carine AERNAUT -  Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Mercredi, 11 Mai 2016 08:48

Event Gare aux Jeunes #36


Le vendredi 20 mai 2016, le CAIJ vous propose un nouvel event Gare aux Jeunes sur la campagne de la Fédération Wallonie Bruxelles

« Et toi, t’es casé-e ? »


gj36-web-2On a tendance à mettre les gens dans des cases, à leur coller des étiquettes en fonction du sexe, de l’orientation sexuelle, de l’identité de genre ou encore de la tenue vestimentaire : Homme/Femme, hétéro/homo/bi, transgenre/cisgence.

Ces classifications peuvent nous enfermer dans un rôle attendu, avec tous les clichés que cela entraîne. Pourtant, il n’y a pas qu’un seul modèle, une seule norme acceptable.

Nous sommes chacun et chacune tellement unique qu’il n’y a pas assez de cases pour nous définir, et c’est tant mieux !

Source : www.ettoitescase.be

En collaboration avec : L’Institut pour l’Egalité des Femmes et des Hommes, le Centre Interfédéral pour l’Egalité des Chances, Les Droits de l’enfant, La Wallonie et la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Avec le soutien du CIDJ, la Fédération Wallonie-Bruxelles, La Gare, ASBL Centre Ville, La Ville de Charleroi, La Maison du Tourisme de la Ville de Charleroi et Charleking Radio.

Retrouvez-nous au sein de la gare de Charleroi-Sud de 15h à 20h au sein de la salle des pas perdus pour la présentation de cette campagne avec un mur d’expression.

Un événement mis en place par le CAIJ/Centre Ener’J.

 

Gare aux Jeunes ... ?

Début 2015, le Centre d'Animation et d'Information Jeunesse (CAIJ) a développé un projet d’animations au sein de la gare de Charleroi-Sud sous le nom de « Gare aux Jeunes ».

Celui-ci comprend deux volets :

Une permanence d'information jeunesse

  • Tous les mercredis après-midi, au sein de l'espace info tourisme du Pays de Charleroi, une permanence est assurée par un informateur jeunesse avec un panel d'informations sur les études, formations, jobs, emploi, droits, sensibilisations et campagnes en Fédération Wallonie Bruxelles, … sans oublier le secteur associatif local.

Des séances d'animation et d'information

  • Environ deux fois par mois, nous développons, au sein même du hall de la gare, des animations ludiques et interactives sur des thématiques précises, en partenariat avec les associations locales ( la mobilité des jeunes, les jobs étudiant, la prévention en milieu festivalier, le sida et les IST, les formations et l’emploi, les campagnes YAPAKA, ... ).


Un service d'information jeunesse sur les rails

Après une année de fonctionnement en tant que projet pilote, on peut dire que le projet "Gare aux Jeunes" est sur les rails et fait parler de lui à travers les médias, les partenaires et de nombreux jeunes grâce auxquels le bouche à oreilles fonctionne à merveille. La SNCB est d'ailleurs ravie du service que nous offrons au voyageurs puisque celui-ci s’inscrit pleinement dans le projet « La Gare » qui tend à transformer un lieu de passage en un lieu de convivialité, de culture et d’information. Il est donc désormais possible d’attendre son train de manière utile et agréable.

Il est nécessaire aussi de rappeler que la gare est un endroit idéal pour toucher un très grand nombre de personnes. A titre d’exemple, Charleroi-Sud accueille plus de 11 000 voyageurs par jour avec une connexion directe vers les principaux pôles universitaires de Belgique.

Infos :
Centre d'Animation et d'Information Jeunesse (CAIJ) / Centre Ener'J
Coremans Joffrey
Animateur - Chargé de projet Gare aux Jeunes

071/41.09.05

  • Facebook : Gare aux Jeunes
  • Site web : www.enerj.be
  • Mail : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

 

Mardi, 19 Avril 2016 09:38

Kulturopoint 26

 

  • cover-26-vignette-1 Au menu :  des infos culturelles, des interviews, des découvertes.
  •  Rayon Musique :  Jessy James Lafleur - Claudia Shallow.
  •  Event :  Le Festival du Livre de Charleroi du 30 avril au 1er mai 2016, le programme de la Nuit du Blues 2016.
  •  Artiste Cover :  Pauline Beugnies "photographie"

Allez, on vous en dit pas plus.... Rendez-vous (dans les lieux habituels, liste ci-dessous) pour vous le procurer ou ici pour la version informatique. Bonne lecture!


 vous-desirez-1

Infos :

  • www.enerj.be
  • Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
  • Centre Ener'J : 071/41.09.05

Lieux où vous pourrez trouver le Kulturopoint Magazine : le Centre Ener'J, la Maison du Hainaut, le Vecteur, le Pavillon Info Tourisme/Gare Charleroi Sud, PAC (Présence & Action Culturelle), l' Eden, AMO Point jaune asbl, CAL/ Maison de la Laïcité, Espace Wallonie, Cinéma le Parc, le Théâtre de l' Ancre, le Disquaire ( de la rue de Marchienne), l'Antre des Artistes, le Bar 34, l'UT, le BPS22, le Point Culture de Charleroi (Médiathèque), Charleking Radio, Charleroi-Danses, la Mado (Maison de l'Adolescent), la Maison du Tourisme de Charleroi, le Centre Jeunes Taboo, le Théâtre Poche, le Bois du Cazier, le Rockerill, le Musée de la photo, MJ Secteur 42, Rudy Musique, Fast Forward, le Conservatoire de Charleroi, IET Notre Dame, l' IPSMA, la Poterie Dubois de Bouffioulx, le CRIC de Gilly, le Bacchus, Piano-Bar le Tyrol, le Palais des Beaux-Arts, MJ l'Eveil, MJ Atelier M, la Fonderie/ATL de Monceau, U MONS CHARLEROI, la Ruche Théâtre, l' Administration communale de Gerpines, l'Académie des Beaux-Arts de Charleroi, Smart Charleroi, Maison Communale Annexe de Marchienne, Hotel de Ville de Charleroi.

 

slide-kulturo-26

 

autre3Pour répondre à cette question, plusieurs intervenants étaient présents lors de la Table-ronde organisée par le CAIJ : Dominique- Paul DECOSTER, professeur à l’Université de Mons, elle a notamment travaillé sur la notion de confiance partenariale, d’étude de territoire et d’Interculturalité. A ses côtés, Eric THIRION, professeur de Français et actuellement préfet à l’Athénée Jourdan à Fleurus, il a officié comme Chargé des affaires pédagogiques au sein du Cabinet de Serdar Kilic. Le psychopédagogue Alain PIRARD était également présent, il est aussi Formateur de professeurs et Conseillers auprès des établissements scolaires et socioéducatifs (CNFETP de Lille et CREAS-UMons). Thierry TOURNOY, Directeur du CRIC, Centre Régional d’Intégration de Charleroi, et Anne-Michelle NISOLLE, Collaboratrice éducative au sein du Programme Fédéral Annoncer la Couleur. Tous ont apporté leur vision, leur idéal et leurs pistes de solutions, dans un respect du débat, mais aussi, dans une complémentarité des approches. Maximilien DORSEUIL, du CAL, animait la Table-ronde. Celui-ci était soutenu par Philippe LUCKX, directeur-adjoint du CAL, qui nous a offert en fin de soirée une conclusion, écrite et construite au fur et à mesure des échanges.

L’école… Depuis qu’elle existe, elle n’a de cesse de susciter de nombreux questionnements. Si, en plus, on s’interroge sur son apport en matière d’éducation à la citoyenneté et à l’interculturalité, on se retrouve rapidement à devoir faire face à des problèmes d’une envergure considérable.

Pour entrer dans le vif du sujet, se pose la question de la définition de cette notion particulière qu’est celle de l’éducation à la citoyenneté. Ce concept, employé à toutes les sauces depuis quelques temps, peut, hélas, être perçu comme un mot vide de sens utilisé avant tout pour montrer que l’on se soucie de la question de l’enseignement. En place de cette éducation à la citoyenneté, nous pourrions préférer parler de « mieux vivre ensemble ». Dès lors, c’est la question de l’interculturalité qui se manifeste. Dans un cas comme dans l’autre, en laissant provisoirement de côté l’éducation qui est au centre du débat aujourd’hui, l’intérêt se focalise avant tout autour du rapport qu’entretiennent les individus avec la société dans laquelle ils évoluent, des interactions qu’ils construisent avec leur entourage.

Que l’on discute de notions d’histoire, de société, de politique, ou encore, de philosophie, la sémantique revêt toujours une importance toute spécifique si l’on souhaite éviter de mal comprendre ou d’être mal compris. Cependant, toute tentative de clarification d’un concept s’avère tout aussi périlleuse qu’une réflexion à propos de la manière dont devrait s’organiser l’enseignement. Par définition, un concept renvoi à notre propre subjectivité et il est donc particulièrement ardu de trouver un terrain d’entente et une définition communément admise.

autre-journalSi ces notions dont nous discutons sont, avant tout, à éprouver dans la relation que nous entretenons nous-mêmes avec notre société et avec autrui, il est compliqué d’essayer de penser des outils qui faciliteront la rencontre. Ce serait dans l’exposition de ce que nous sommes et dans l’acceptation de ce qu’est l’autre que le vivre-ensemble peut se manifester. Il serait davantage question de former à la citoyenneté, de sensibiliser et de s’éloigner de cette approche paternaliste et ascendante qu’est celle qui se manifeste dans le chef de celui qui éduque.

La plus grosse difficulté, si on s’interroge sur les méthodes qui devraient faciliter l’éducation à la citoyenneté et au vivre-ensemble, c’est celle des moyens mis à disposition des écoles, des enseignants et des élèves. Il y aurait un double discours entre ce qu’attendent nos structures étatiques et la faisabilité des idées qu’elles défendent. Pourtant, même si on a souvent tendance à rapidement remettre les responsabilités sur nos politiciens, on ne peut pas nier l’opportunité existante, pour les enseignants, de se réunir, de se concerter et de penser ensemble des projets d’établissement porteurs de sens. Par le biais de démarches pédagogiques, il serait possible de briser certaines barrières, de compenser certaines difficultés qui ne sont pourtant pas directement en lien avec le cadre scolaire et d’agir de telle manière à mettre en pratique ces notions de citoyenneté et d’interculturalité.

Par ailleurs, si l’école doit prendre en charge cette difficile responsabilité qui consiste à éduquer à la citoyenneté, peut-on retrouver, dans l’ensemble des cours présents dans le cursus de nos enfants, les conditions de possibilité de la conscience citoyenne ? Les programmes des cours d’histoire, de géographie, de philosophie, et même des cours de mathématique, pourraient tous être repensés afin d’y ajouter des éléments permettant de contextualiser les apprentissages autrement qu’au travers d’une vision européocentriste. Hélas, il ne serait pas possible d’expérimenter toutes ces idées sans une réforme, en profondeur, du monde de fonctionnement de nos institutions.

En acceptant l’idée que l’école est démunie face au besoin et à la nécessité de sensibiliser à la citoyenneté et à l’interculturalité, il faut alors penser les choses différemment. On ne peut pas rester sur un constat négatif et sombrer dans un fatalisme qui manquerait cruellement de constructivisme. La Belgique possède cette chance d’être pourvue d’un réseau associatif extrêmement développé. L’enseignant a déjà pour mission de transmettre un savoir aux enfants dont il a la charge. Plutôt que d’avoir, lui-même, à repenser complètement son rôle et son approche de la matière qu’il traite, il a la possibilité de faire appel à des structures extérieures. De nombreuses associations, au travers des objectifs qu’elles poursuivent quotidiennement, créent des outils qui pourraient jouer un rôle positif dans cet éveil citoyen. En mettant en place des collaborations durables et réfléchies entre le cadre scolaire et le tissu associatif, de vraies dynamiques positives pourraient voir le jour.

autre4

Pour que cela soit réalisable, encore faut-il que les personnes qui se noient dans les fonctionnements des institutions scolaires se rendent compte qu’il existe un monde en dehors de leur classe. Encore faut-il que les personnes actives dans le tissu associatif s’inscrivent dans une démarche proactive et aillent à la rencontre des établissements scolaires pour construire des projets avec eux. Ces possibles collaborations entre les écoles et les associations, même si on peut admettre qu’elles ne sont pas toujours faciles à mettre en place, au moins, elles répondent à ce besoin de faire quelque chose plutôt que de sombrer dans le fatalisme. Avant de vouloir tout révolutionner, avant de vouloir réformer l’ensemble de nos structures, nous pouvons nous renseigner sur ce qui existe déjà, créer des ponts et ouvrir la voie des possibles.

autre2En théorie, ces partenariats envisageables entre le milieu associatif et les écoles apparaissent comme une solution miracle. Comme si la réponse était là, devant nos yeux, depuis toujours, sans que nous ne parvenions à la saisir, à la comprendre et à l’identifier. Néanmoins, tout n’est pas toujours aussi beau que nous pourrions l’espérer et il est important de garder à l’esprit que les associations ne possèdent pas beaucoup plus de moyens que les écoles. Même si les deux se rencontrent au niveau des objectifs qu’elles poursuivent, il est souvent difficile de faire ressortir davantage que la prise de conscience passagère du sens des notions qui sont abordées lors de différentes rencontres ou sorties scolaires.

Tout le monde s’accorde sur le fait que l’école doit faire face à un défi majeur et qu’elle ne possède pas tous les outils qui pourraient lui permettre d’être pleinement active et efficace en matière d’éducation à la citoyenneté et à l’interculturalité. Par ailleurs, on s’accorde également sur l’efficience que peuvent générer les relations avec les partenaires extérieurs, qu’ils soient associatifs ou parentaux. Or, sans confiance réciproque entre l’ensemble de ces acteurs, une impossibilité se matérialise quant à la gestion de ces partenariats. Il faut établir des relations positives entre les enseignants et les parents, entre l’école et les associations, mais aussi, parce que cela se constate trop souvent, il convient d’agir en faveur de l’établissement de relations positives entre les élèves et les professeurs issus de différentes filières.

autre1Si on essaye d’analyser ce questionnement dans son ensemble, malgré une certaine tendance fataliste qui tend à démontrer la quasi impossibilité de pouvoir pleinement agir en faveur d’une réelle éducation à la citoyenneté et à l’interculturalité, on voit également apparaitre des embryons de pistes qu’il serait nécessaire d’explorer. L’école se retrouve démunie, pour des raisons multiples et variées et personne ne semble oser prétendre qu’elle pourrait sortir de cette impasse autrement qu’en s’ouvrant sur le monde qui l’entoure. Nous avons pu identifier des responsables et des partenaires qui sont mis sur un pied d’égalité, car finalement, un responsable n’est-il pas un partenaire potentiel qui ne prend la peine d’agir en faveur du vivre ensemble ? L’école, les parents, les politiciens, les structures sociales, le tissu associatif, le secteur extrascolaire… Indépendamment, chacune de ces instances peut être appréhendée comme un partenaire potentiel, mais aussi comme un responsable potentiel des difficultés que l’on rencontre dans l’approche de ce dossier compliqué.

Parce que l’idéalisme est souvent moqué dans une société où le cynisme et le nihilisme ont la fâcheuse tendance à s’ériger en normes incontournables, même si j’aimerais que les utopies soient à même de se concrétiser, je ne vais pas prétendre qu’il suffirait que l’ensemble de ces instances se rencontrent, discutent et acceptent de travailler main dans la main. Ceci étant, il reste possible de faire l’expérience du vivre ensemble, de s’inscrire dans une démarche politique et citoyenne, chacun à notre niveau, en tant que parents, enseignants, acteurs du milieu associatif, de prendre la peine d’aller à la rencontre de l’autre et de penser, en collaboration avec lui, la réalisation d’outils qui seraient des facilitateurs offrant l’opportunité de conscientiser à l’importance de la citoyenneté et de défendre l’intérêt de l’interculturalité.

Pour continuer mon cheminement qui s’éloigne de plus en plus de l’utopie pour rejoindre la réalité, il y a déjà la possibilité de développer des partenariats entre les écoles et les associations locales. A partir du moment où il y a des objectifs communs, le plus gros du travail a déjà été fait.

Finalement, est-ce que nous ne pourrions pas ériger en solution universelle le fait de refuser de sombrer dans le fatalisme ? Un peu d’idéalisme ne fait de mal à personne !

Philippe Luckx.

Jeudi, 03 Mars 2016 10:18

stage de sécurité 2016

T'as entre 12 & 16 ans ?
T'en as marre des "fais pas ci, fais pas ça !" ?
Alors, ce stage est pour toi !
Tu pourras "faire" mais en toute sécurité !

stage securite 2016

Lundi, 29 Février 2016 16:30

Stages de Pâques 2016

Tous les stages durant les congés de Pâques 2016 sont dès à présent disponible en cliquant ici.

CONTACT stage paques 2016
Carine AERNAUT - Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Lundi, 22 Février 2016 15:44

Event Gare aux Jeunes #32

gj-formations-etudes-jobGare aux Jeunes ... ? 
 

Début 2015, le Centre d'Animation et d'Information Jeunesse (CAIJ) a développé un projet d’animations au sein de la gare de Charleroi-Sud sous le nom de « Gare aux Jeunes ». 

Celui-ci comprend deux volets :

Une permanence d'information jeunesse

Tous les mercredis après-midi, au sein de l'espace info tourisme du Pays de Charleroi, une permanence est assurée par un informateur jeunesse avec un panel d'informations sur les études, formations, jobs, emploi, droits, sensibilisations et campagnes en Fédération Wallonie Bruxelles, … sans oublier le secteur associatif local. 

Des séances d'animation et d'information 

Environ deux fois par mois, nous développons, au sein même du hall de la gare, des animations ludiques et interactives  sur des thématiques précises, en partenariat avec les associations locales ( la mobilité des jeunes, les jobs étudiant, la prévention en milieu festivalier, le sida et les IST, les formations et l’emploi, les campagnes YAPAKA, ... ).

Un service d'information jeunesse sur les rails  

Après une année de fonctionnement en tant que projet pilote, on peut dire que le projet "Gare aux Jeunes" est sur les rails et fait parler de lui à travers les médias, les partenaires et de nombreux jeunes grâce auxquels le bouche à oreilles fonctionne à merveille. La SNCB est d'ailleurs ravie du service que nous offrons au voyageurs puisque celui-ci s’inscrit pleinement dans le projet  « La Gare » qui tend à transformer un lieu de passage en un lieu de convivialité, de culture et d’information. Il est donc désormais possible d’attendre son train de manière utile et agréable. 

 

Il est nécessaire aussi de rappeler  que la gare est un endroit idéal pour toucher un très grand nombre de personnes. A titre d’exemple, Charleroi-Sud accueille plus de 11 000 voyageurs par jour avec une connexion directe vers les principaux pôles universitaires de Belgique. 

Event Gare aux Jeunes #32

Le mercredi 02 mars 2016 le CAIJ vous propose un nouvel event Gare aux Jeunes "Formations - Etudes - Emploi - Job étudiant".

Nous mettrons en avant plusieurs services tels que le SIEP Charleroi, IFAPME, Femmes de métier, projet linguistique, création d'entreprise, ... 

 
Listing Job étudiant, student@work, aide à la rédaction pour cv & lettre de motivation
 
Mise à disposition d'entrées gratuites pour le Salon du SIEP de Charleroi (11 & 12 mars 2016). 
 
Retrouvez-nous au sein de la gare de Charleroi-Sud de 11h à 18h. 
 
Partenaires : IFAPME, SIEP Charleroi, FVB-FFC constructiv, La Cité des métiers de Charleroi, ESL, WEP - Programmes scolaires, séjours linguistiques, jobs, stages et volontariats à l’étranger, AFS, YFU, Charleroi-Sud Hainaut, Student@work, ... 
 
Avec le soutien du CIDJ, la Fédération Wallonie Bruxelles, La Gare, ASBL Centre Ville, La Ville de Charleroi, La Maison du Tourisme du Pays de Charleroi et Charleking Radio.
 
Infos :
Centre d'Animation et d'Information Jeunesse (CAIJ) 
Coremans Joffrey - Chargé de projet
 
071/41.09.05 
Facebook : Gare aux Jeunes
Site web : www.enerj.be 
Mail : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
Page 3 sur 11